Portraits de pros

Interview d’Armelle, Kévin et Christian, salarié.es d’Openscop

Par 18 décembre 2019décembre 19th, 2019Aucun commentaire

Travailler dans le domaine du numérique ET sous format « société coopérative et participative », ça vous intrigue ? Aujourd’hui c’est un portrait de pro un peu particulier que nous vous proposons, puisqu’il a été réalisé à 3 voix ! Kévin, Armelle et Christian, tous trois membres de l’équipe d’Openscop, ont accepté de nous recevoir pour nous expliquer leurs métiers. Bonne lecture !

Bonjour à tous les trois et merci de nous accueillir pour ce « portrait de pros » ! Pour commencer cet entretien, pourriez vous vous présenter chacun.e en nous expliquant en quelques mots votre parcours et ce qui vous a amené.e à travailler au sein d’Openscop ?

Kévin : Bonjour, je suis le plus récemment arrivé alors je commence ! A la base j’ai une formation en comptabilité et j’ai travaillé quelques temps dans ce domaine. J’ai eu envie de changer d’activité, et étant déjà passionné par l’informatique je me suis orienté vers la Design Tech Académie (DTA) [formation qualifiante labellisée «Grande École du Numérique » qui prépare aux métiers du numérique tel que intégrateur web ou développeur web ; délivrée par l’école Télécom Saint-Étienne]. J’ai eu l’opportunité de réaliser mon stage de fin de formation chez Openscop, et j’ai ensuite été embauché ! Ce que j’aime dans le développement web c’est l’aspect créatif : il y a une grande liberté et une variété de choses à créer.

Ce que j’aime dans le développement web c’est l’aspect créatif : il y a une grande liberté et une variété de choses à créer.

Armelle : Mon parcours est assez différent : je suis issue d’une formation en Master 2 Communication que j’ai effectuée à Saint-Étienne. Suite à mon master, j’ai d’abord fait un volontariat en Service civique à la Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi (MIFE) Loire Sud, pendant 8-9 mois. A ce moment-là j’avais une amie qui travaillait pour Zoomacom, c’est elle qui m’a informée qu’Openscop cherchait un.e assistant.e de direction. Jusqu’en septembre 2017 j’étais en CDD avec un mi-temps à la Mairie de Villars, puis je suis passée à temps plein. Cela fait maintenant 3 ans que j’occupe ce poste, auquel s’est ajoutée une partie communication.

Christian : Pour ma part, avant d’arriver chez Openscop je travaillais sur la maintenance des machines pour une entreprise qui gérait des systèmes électroniques. La boite a été vendue à un groupe italien, qui a voulu diversifier l’activité et s’est lancé dans la production de panneaux photovoltaïques. Ça n’a pas fonctionné, et au bout de 4-5 ans la boite s’est écroulée et j’ai subi un licenciement économique. Travailler sur la maintenance ne m’intéressait plus, j’avais envie de me réorienter. J’ai donc suivi, comme Kévin, la formation DTA pendant 10 mois. Ça n’a pas été facile de changer de domaine à mon âge, surtout au moment de trouver un stage… Beaucoup d’entreprises ne voulaient pas me prendre. J’ai fini par trouver Openscop, qui m’a accueilli en stage, et on m’a gardé ! Cela fait maintenant 2 ans que je travaille à Openscop en développement web et applicatif.

On voit donc qu’Openscop ce sont des profils très variés ! Pouvez-vous m’en dire plus sur la structure en elle-même ? Quelles sont les activités et comment êtes-vous organisés ?

Armelle : Historiquement, Openscop est issue de Zoomacom, structure de médiation numérique créée en 2005. Après quelques années l’équipe a souhaité élargir le champ d’actions : Roland, David et Yoann ont ainsi créé une structure plus axée sur le développement en 2011. Openscop était née !

Nous avons plusieurs activités, autour de 3 grands pôles : le web, la communication et les logiciels.

Nous avons plusieurs activités, autour de 3 grands pôles : le web, la communication et les logiciels. Le web comprend notamment la création de site web (sites vitrines crées sous WordPress), la communication comprend quant à elle la création de charte graphique, de supports de communication (affiche, flyers, catalogue, kakemonos…) et enfin l’aspect « logiciels » prend en compte la conception de logiciels métiers ou encore les services en ligne (ERP, groupware, etc.). Nous effectuons aussi quelques formations autour du web et du graphisme : la wikischool se déroule un mardi sur deux et permet à nos client.es présent.es sur notre offre de location de site web de pouvoir bénéficier de conseils et d’aide pour leur site internet. Nous pouvons aussi être amenés former nos clients à l’usage des logiciels tels que InDesign, Illustrator, etc. Pour donner quelques exemples : on a pu travailler aussi bien sur une plateforme facilitant l’organisation de manifestations sportives que sur une plateforme pour la mise en relation des infirmier.es et des patient.es, ou encore la réalisation d’une scénographie pour le musée des Verts, le site web du Lieu de Mémoire du Chambon sur Lignon

Comme notre nom l’indique, nous sommes organisés en SCOP, société coopérative. Tout le monde peut devenir associé.e de la coopérative et les salarié.es deviennent sociétaires au bout de 2 ans d’ancienneté. A ce jour, sur les 5 salarié.es, 4 sont associé.es, puisque Kévin n’est là que depuis quelques mois. A part Kévin, nous sommes la même équipe depuis 2017 (Christian, Roland, David et moi). Nous avons aussi des « associé.es externes ».

Être organisé.es en SCOP fait que l’organisation est beaucoup moins verticale […]. C’est beaucoup plus motivant qu’une organisation classique, on est réellement parties prenantes !

Christian : Être organisé.es en SCOP fait que l’organisation est beaucoup moins verticale : il n’y a pas un grand patron qui décide de tout. Toutes les grandes décisions sont prises de manière collégiale, comme le recrutement par exemple. C’est beaucoup plus motivant qu’une organisation classique, on est réellement parties prenantes !

Au cœur des valeurs d’Openscop il y a aussi le principe de l’open source

Kévin : Au cœur des valeurs d’Openscop il y a aussi le principe de l’open source (1). C’est même inscrit dans nos contrats ! Cela signifie que le code que nous créons appartient aux client.es, le code est visible par tou.te.s. Les sources sont mises à disposition sous licence libre GPL 3 (2), qui inclut le principe de non utilisation commerciale. En fait, notre travail est reconnu non pas au niveau de la création mais au niveau du service et de l’accompagnement que l’on fournit. Nous réalisons surtout un travail de sensibilisation.

Merci pour toutes ces explications ! A présent, pouvez-vous nous dire un mot sur votre engagement avec le LIEN ? Quelles sont les raisons qui vous ont fait intégrer le réseau pros du LIEN ?

Kévin : Je pense qu’au sein de l’équipe nous sommes tou.te.s attaché.es au territoire et à notre ancrage local. C’est donc de manière évidente que nous avons souhaité participer au développement du Lien. De plus, l’idée de faire le « lien » entre structures, associations etc. et favoriser la mise en commun était déjà dans les gênes des deux fondateurs, comme on a pu l’expliquer avec les principes d’horizontalité et de communs numériques.

Armelle : Personnellement, mon premier contact avec les Liens remonte à quelques temps, quand j’en avais vu passer à OpenFactory ! A l’époque je ne savais pas encore comment cela fonctionnait, maintenant on va pouvoir l’utiliser en version numérique chez Openscop !

Pour finir cette interview, pouvez-vous partager avec nous les actualités d’Openscop, ce qui vous mobilise en ce moment ?

Christian : On l’a déjà évoqué rapidement mais nous avons lancé il y a un mois la plateforme Ideline, un espace dédié aux agents hospitaliers pour les aider à trouver des infirmier.es pour leurs patient.es, en lien avec l’URPS à Lyon [Union régionale des professionnels de santé]. C’est un travail important que nous avons réalisé sur ce projet puisque manipuler des données de santé peut être délicat. C’était un projet de long terme, sur deux ans, qui a beaucoup mûri et changé au fil de l’eau. David joue un rôle important sur ce type de projets car il aide les client.es à formaliser leurs envies et leurs objectifs.

Tout l’enjeu est de transformer les idées initiales des client.es en projets concrets […] On est là pour recadrer, […] et donc les aider à redéfinir le projet.

Kévin : C’est l’un des aspects les plus complexes de notre activité : savoir ce que les client.es veulent. Au premier contact on vous dit une chose, vous pouvez comprendre l’inverse, ce n’est pas facile. Tout l’enjeu est de transformer les idées initiales des client.es en projets concrets : souvent ils et elles ont des envies non réalisables, ou difficilement car trop longues et coûteuses à mettre en œuvre. On est là pour recadrer, informer sur le budget nécessaire pour telle ou telle fonctionnalité et donc les aider à redéfinir le projet.

Armelle : Une deuxième grande actualité c’est le déploiement à l’échelle nationale de la plateforme Manifestations Sportives, qui avant n’était utilisable que dans quatre départements à savoir la Loire, les Yvelines, la Martinique, et les Alpes de Haute-Provence.

Christian : Oui, nous l’avons développée en lien avec les ministères des Sports, de l’Intérieur et de l’Écologie, pour permettre aux associations de simplifier l’organisation de manifestations sportives sur les territoires. C’est également un projet avec des enjeux importants puisque nous avons dû synthétiser les codes et décrets qui interviennent lors d’une demande de manifestation à tous les niveaux administratifs. La plateforme permet de centraliser tous les documents qui avant étaient envoyés en multiples exemplaires à toutes les administrations (pompiers, police, préfecture…). Les démarches sont ainsi dématérialisées, et donc plus écologiques. Le projet sur 2020 est d’adapter cette plateforme au niveau national.

Armelle : On peut citer enfin un projet autour de la création graphique qui a abouti fin novembre : Roland a réalisé des panneaux explicatifs qui ont été installés le long du sentier d’interprétation de la Vézéronce, rivière labellisée « Site Rivières Sauvages ». Les panneaux permettent de présenter la faune et la flore locales aux promeneur.se.s et de les sensibiliser à la préservation de l’environnement. Pour nous c’était très intéressant à réaliser, d’autant que nos visuels seront visibles par le grand public ! [plus d’infos : voir cet article]

Nous vous souhaitons donc une très bonne continuation pour tous ces projets ! Merci beaucoup à tou.te.s les trois pour cet échange très riche, et à la prochaine fois !

(1) « La désignation open source ou « code source ouvert », s’applique aux logiciels dont la licence respecte des critères […] de libre redistribution, d’accès au code source et de création de travaux dérivés » (source : Wikipédia).

(2) Pour en savoir plus : article Wikipédia sur la « licence publique générale » version 3 (ou GPL 3).
Un autre article plus détaillé sur le site de GNU.

Plus d’infos :

OPENSCOP

Grande Usine Créative
10 rue Marius Patinaud
42000 Saint-Étienne

Tél: (+33) 04 77 36 91 35
contact@openscop.fr
SITE : www.openscop.fr
BLOG : www.openscop.news

Laisser un commentaire